papillonspapillons    at

thérapie

Qui suis-je? Une exploratrice des ressentis

Qui suis-je?

Je m'appelle Sandra, j'ai des décennies d'expérience dans l'accompagnement aux personnes. D’abord, j’étais dans une activité professionnelle de soutien pédagogique pour les enfants en difficulté, à l'école publique. J'ai ensuite développé un intérêt pour les histoires de vie des adultes, dans le cadre de recherches de terrain, dans l’étude de l’anthropologie (licence et master universitaires). Enfin je me suis formée en hypnothérapie et depuis plus de 3 ans, je reçois des personnes qui traversent des difficultés. Le soin par l’hypnose, comme je le pratique, ce n’est pas de la magie, mais d'un temps dédié à comprendre comment quelqu'un se sent à l'intérieur, qu'est-ce qui bloque et avec quel élan il lui sera possible d'avancer ver un objectif ou dans la direction souhaitée.

Un état d'hypnose légère se crée quand les conditions du dialogue sont tranquilles et que le regard porte sans pression ni urgence sur des réalités intérieures, des ressentis. C'est un moment où grâce à l’encouragement provoqué par l'écoute bienveillante, il sera aussi possible de se projeter ailleurs dans le temps ou l'espace. Car l’expression du ressenti appelle une réponse du thérapeute, qui verbalisera en retour quelque idées, venant amplifier ou redimensionner ces aspects saillants. L’intervenant peut aussi, en mode PNL (Programmation Neuro Linguistique, technique dont je possède également des qualifications de praticienne), proposer des recadrages, c’est-à-dire questionner le rôle utile ou inutile de certaines croyances.

La réalité des impressions du monde intérieur sera amplifiée au cours de la session par le fait que c’est le centre d'attention combiné des deux personnes en communication. De cette façon, une créativité peut se mettre en marche quand des images s’imposent par leur intensité. Cette créativité vivante sera la force qui permettra d’avancer, même si ensuite, une fois la séance terminée, il s’agira de retomber dans le concret et de s’exprimer davantage avec de mots conventionnels plutôt qu’en mode métaphorique. Il restera des traces de l’expérience hypnotique, même dans les cas d’hypnose conversationnelle assez légère.

Celui qui exprime sa propre vision du ressenti va mettre en lumière des zones d’ombre, créant, par cette opération un potentiel de détachement par rapport à certaines émotions ou douleurs intrusives, par rapport à l'impuissance ou l’incapacité à réagir, par rapport au manque de quelque chose ou de quelqu'un (deuil à traiter). Ceux qui ont besoin de remonter le temps, de réparer quelque chose de mal vécu, peuvent demander à entrer dans la pratique de l'hypnose régressive. En revanche, ceux qui ne se sentent pas sûrs des défis à venir, ressentis comme des obstacles impossibles à franchir, angoissants, peuvent demander à entrer dans la pratique de l'hypnose tournée vers l'avenir, qui fera vivre à l'avance l'événement redouté, dans des conditions favorables et sécurisées, créant la confiance dans les compétences d'exécution. L'hypnose et la thérapie symbolique permettent également de trouver de meilleurs points d'appui en cas de problèmes relationnels.

Page Facebook de Saresca-Hypnose

Forums: 

Tags: 

Maigrir, manger moins

Quand la nourriture est consommée en quantités exagérées, parce qu'une pulsion irrésistible entre en jeu, qui est plus forte que la volonté, un travail en profondeur avec l'inconscient s'impose, si on veut changer ça. Mais il faut commencer par considérer que cet inconscient est un allié, non pas un ennemi.

Ce n'est pas gagné d'avance, car dans l'inconscient, effectivement, se trouvent aussi des aspects sombres. Il faut savoir que dans l'hypnothérapie on laissera de côté ces aspects sombres et on ne fera appel qu'à la capacité de l'inconscient de travailler pour le bien de la personne.  

Le contrôle de l'appétit peut se faire selon un procédé connu comme "anneau gastrique virtuel", c'est-à-dire qu'après la pose de l'anneau, la personne voulant maigrir va sentir un changement dans son corps, lié au fait que son estomac a rétréci. Ceci peut avoir lieu parce que l'inconscient, dans son aspect bénéfique, a accepté l'existence de l'anneau. L'inconscient focalisera davantage sur la présence de l'anneau que sur les motivations autrefois prévalentes, qui provoquaient l'impulsion à se ruer sur la nourriture. Le changement dans les habitudes alimentaires peut ainsi se consolider et la personne perdre du poids, de façon durable, sans avoir à faire un régime de privation.

Sinon, je pense qu'on peut aussi travailler sur un aspect de la prise exagérée de nourriture qui consiste à opposer un état d'insatisfaction, qui fait régresser vers l'inconscience et l'absence de contrôle du comportement, à un autre état qui serait qui serait le stade de conscience correspondant à la résolution du stade oral, selon Freud. Ce qui est significatif, ici, c'est que la pulsion qui porte à assouvir des besoins urgents par la nourriture, alors qu'elle est primaire chez le nourrisson, devient secondaire chez une personne qui a dépassé le stade oral, parce qu'elle utilise l'organe de la bouche aussi pour parler, et notamment pour dire des choses la concernant. C'est un peu plus difficile à mettre en pratique que l'anneau gastrique virtuel, mais je propose quand même cette idée à ceux qui viennent me consulter, qui consiste à sortir de l'inconscience en se mettant à parler de choses importantes, celles qu'on avait oublié de dire. Peu importe lesquelles.

Il y a un troisième aspect concernant le besoin excessif de manger, qui, selon l'ethnopsychiatre Geza Roheim, serait lié à un fantasme de dévoration, que l'on retrouve dans les mythes et les cultures, et qui supporte même certaines pratiques de cannibalisme, ce qu'on retrouve également dans les contes de fées européens, avec des ogres et des ogresses qui mangent les enfants. Pour ce qui concerne des individus modernes, on peut traduire cela en termes de projection qu'une personne fait sur la nourriture de la présence réelle d'un ennemi, ou d'une force hostile qui causerait des problèmes dans sa vie. Cette projection suppose que l'attention soit concentrée sur l'objet, comme menaçant. De ce fait, si la nourriture est avalée, ce qui était menaçant disparaît totalement, d'un coup. Et ce serait bien, si cet acte permettait à la personne de se sentir soulagée de manière durable. Le problème est que cette projection peut se reproduire encore et encore. Le besoin de manger alors est sans fin. Dans ce cas c'est la relation conflictuelle qui doit être traitée pour que la personne puisse trouver un état de sécurité intérieure.

Forums: 

Tags: 

Image: 

L’émergence se produisant à la limite entre ordre et chaos

Un groupe d’analystes jungiens contemporain a dégagé certaines dimensions de l’émergentisme moderne implicites dans les théories de Jung. Cette approche s’est révélée fructueuse et a permis en particulier une relecture et une réévaluation de la théorie jungienne à la lumière des neurosciences contemporaines et des théories actuelles de l’attachement. Ainsi est-on amené à considérer les archétypes comme des propriétés émergeant des interactions de l’ensemble corps-esprit, de l’environnement naturel et culturel et de certaines formes de récit ; ils sont repensés en tant que « règles épigénétiques » à l’œuvre au cœur même des emboîtements multiples et des divers niveaux des systèmes complexes.

On sait que dans les systèmes complexes l’émergence a le plus de chance de se produire à la limite entre l’ordre et le chaos : trop d’ordre engendre la rigidité, alors que trop de chaos est destructeur. L’action thérapeutique qui vise à favoriser l’émergence devrait donc évidemment s’orienter vers cette limite, à considérer non pas comme un but à atteindre, mais bien plutôt comme un gouvernail qui permettrait de piloter le couple thérapeutique.

De plus, les transformations du champ interactif peuvent être d’intensités très variables. Elles peuvent passer d’une réorganisation soudaine d’une grande intensité – comme dans les phases de transition associées à « un moment de rencontre » (...) Je propose d’utiliser le terme de « moment de complexité » pour rendre compte des possibilités archétypiques propres au champ lui-même. Cette expression est empruntée à Marc C. Taylor

Taylor a observé l’émergence d’une culture en réseau en pointant la forte croissance du changement, c’est-à-dire l’accélération des transformations engendrées par l’extension des connexions entre les choses (les gens, l’information, les disciplines, etc.). Plusieurs éléments de sa définition des moments de complexité peuvent nous aider : « le point de bascule » où le plus devient différent ; le point où des systèmes autonomes d’organisation émergent pour créer de nouveaux patterns de cohérence et de nouvelles structures de relations. Je suggère que ces moments sont eux-mêmes structurés autour de potentialités archétypiques qui commencent à se consteller. Ces moments de complexité sont intimement liés à certains moments de décision où « certaines possibilités sont actualisées et d’autres sont abandonnées ». C’est le cas par exemple quand, dans le travail thérapeutique, nous faisons le choix d’intervenir, ouvertement ou non, et si nous le faisons, d’intervenir de telle ou telle manière, alors, précisément à ce moment-là (c’est-à-dire avec la conscience du kairos en tant que qualité psychologique d’un moment) nous altérons le flux du champ.

(...) Un moment de complexité incluant une tierce personne, et ceci sans que ni elle ni moi n’en ayons eu conscience sur le moment. C’est pourtant dans ce moment énigmatique que se trouvait la clé de l’action thérapeutique dans le sens jungien de ce terme, puisque s’ouvrait une voie vers le numineux susceptible de générer la transformation.

Christian Gaillard et alii, Archétypes et/ou fantasmes originaires Une rencontre et un débat entre analystes freudiens et analystes jungiens, Cahiers jungiens de psychanalyse 2011/1 (N° 133)

Forums: 

Tags: 

Le rôle des théoriciens en thérapie

Ainsi que l'a fait remarquer E. R. Dodds, Platon soutient dans ses Lois que "la majorité des êtres humains peuvent rester dans une sorte de santé morale seulement grâce à une diète "d'incantations" bien choisie - c'est-à-dire, en édifiant des mythes et en brassant des slogans éthiques". Ce que les peu nombreux esprits intelligents réalisent, à travers l'examen de la vie, les plus nombreux doivent l'avoir atteint, pour eux, à travers une éducation en des croyances "salutaires". Le mal moral est considéré équivalent d'une part au conflit psychologique et, d'autre part, avec le conflit social. La tâche du théoricien est de réduire ce conflit: la théorie a comme fonction de servir la thérapie".

Source: Philip Rieff, The Triumph of the Terapeutic. Uses of Faith After Freud, 1966, p.67 https://books.google.com.pk/books/about/The_Triumph_of_the_Therapeutic.h...

Texte original en anglais: "As E. R. Dodds pointed out, Plato held in his Laws that "the majority of human beings can be kept in tolerable moral health only by a carefully chosen diet of 'incantations' - that is to say, edifying myths and bracing ethical slogans." What the superior and intelligent few may achieve through examined life, the many must have achieved for them through education in "salutary" beliefs. Moral evil is equated, on the one hand with psychological conflict and, on the other, with social conflict. The task of the theorist is to reduce this conflict: theory was to serve a therapy".

Forums: 

Tags: 

Et encore...

(1) | A (5) | B (1) | C (15) | D (2) | E (7) | F (3) | G (1) | H (7) | I (1) | J (1) | L (18) | M (3) | N (1) | O (3) | P (6) | Q (6) | R (2) | S (8) | T (4) | U (1)
Titlesort descending Author Last update
Acceptation culturelle d'être dissocié Saresca Thu, 15/06/2017 - 00:46
Action stratégique du thérapeute Saresca Wed, 14/06/2017 - 19:07
Apport des neurosciences Saresca Wed, 14/06/2017 - 23:06
Autorité intérieure Saresca Wed, 14/06/2017 - 23:33
Avoir un projet de santé, tenter autre chose pour se soigner Saresca Sat, 24/06/2017 - 14:39
This block is for debugging.
Subscribe to thérapie