papillonspapillons    at

ressenti

Thérapie narrative, conversations hypnotiques

Résumé de la vidéo : La thérapie brève est centrée sur la question du sens et de l'identité, à la différence des thérapies stratégiques et solutionnistes, on s’intéresse à comment une personne rend compte de son ressenti corporel à travers le langage. 

En pratique, ceux qui pratiquent les thérapies narratives, cherchent dans une conversation à mettre en évidence des moments où la personne qui consulte se sentent vivante, quand elles se sent à sa place, quand elle se sent en relation avec ce qu’elle veut faire de sa vie, quand ses intentions sont en rapport avec ses actions, quand elle se sent elle-même. Une fois qu’elle a trouvé ce type d’expérience on la fait décrire en détail, envisageant de faire partager ces moments avec des personnes ressources qui partagent les mêmes valeurs. 

En même temps que la personne décrit son expérience des moments où elle se sent elle-même, elle en vient à réfléchir sur sa propre vie, ce qui crée la conditions pour qu’elle puisse faire de nouveaux choix, en sachant bien ce qu’elle veut.

La thérapie narrative est arrivée assez récemment en France, vers 2000. Avant on y faisait recours occasionnellement dans les thérapies systémiques. Elle s’inscrit dans un courant postmoderne où on s’intéresse au sujet et à sa singularité, plutôt qu’à des raisons générales. 

Les personnes qui pratiquent ces approches sont en grande partie des praticiens qui sont dans les milieux ericksonniens. La thérapie narrative est une conversation de nature hypnotique qui permet à la personne de rentrer et d’habiter son corps, et de sortir d’une logique qui est une logique cognitive, basée sur la représentation, pour entrer dans un langage incarné. Ce type de conversation est hypnotique, du moment que le but de l’hypnose est de permettre à quelqu'un d’entrer dans son corps et d’accueillir son propre ressenti sensoriel. L’hypnose est le moment où le processus de réassociation a lieu. Il est question d'aider ceux qui n'y arrivent pas en posant des questions adéquates.

Julien Betbèze, vidéo de 2017, interview sur la thérapie narrative 
https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=z0vNTw_FbPA
https://www.hypnosium.com/video/julien-betbeze/

Forums: 

Tags: 

Une personne en état hypnotique est-elle consciente?

Réponse: 

La conscience est tournée vers l’intérieur, mais c’est une conscience quand même, une conscience sensible que chacun peut avoir de sa propre incarnation. C'est un état de concentration en rapport avec le fait d'être présent, de ressentir et d'imaginer des choses. En fin de séance il est convenu que l’hypnotiseur demande au client de raconter ce qu’il a ressenti. Ceux qui en ont l’intérêt peuvent ensuite trouver le temps de s’attarder encore sur cette exploration de ce qui s’est passé dans leur ressenti durant la transe. D’ailleurs la plupart des hypnothérapeutes encouragent leurs clients à pratiquer l’autohypnose, et peuvent en enseigner les bases à ceux qui ont envie de développer la compétence à rencontrer leur inconscient en mode tranquille.

Forum: 

Quel(s) effet(s) l'hypnose a-t-elle sur le corps?

Réponse: 

L’hypnose permet de remettre le corps au premier plan. Et le corps apprécie. Parfois, après la séance d’hypnose à proprement parler, le corps d’une personne revient de lui-même se placer au centre de l’attention, demandant qu’on s’occupe davantage de lui, donc qu’on retrouve cet état de détente où ses manifestations sont perçues par la conscience. En séance, une harmonie interne est recherchée et toute tension pourra être exploitée par l’hypnotiseur en vue d’une explicitation, en mode métaphorique. Ainsi, les descriptions du corps que fait le praticien de l’hypnose ne sont pas du même genre que les déclarations d’un médecin, dont le langage est prévu pour décrire des symptômes en mode explicite. Le discours de l’hypnoticien sur le corps est plus imprégné de sensibilité poétique, mais pas inutile si on veut se sentir mieux.

Forum: 

Corps objet, corps machine ou corps ressenti?

Le corps-objet, objectivé, machine à maîtriser et dompter, a trop pris le pas sur le corps vécu – ce que la phénoménologie appelle le corps propre, le corps tel qu’on l’habite, non pas partie du monde, mais ce par quoi on est au monde. Ce corps vécu était repoussé par l’ancienne morale, car trop charnel. Il est également ignoré par la science moderne, car pas assez matériel. Cette symétrie dans le rejet devrait donner à réfléchir.

Source: Olivier Rey, La fatalité du corps, Revue: La lettre de l'enfance et de l'adolescence 2004/4 (no 58), pp 7-12

Forums: 

Tags: 

Fonction expressive, soulever le voile des sentiments

Peut-on tout dire dans le cadre d’une séance d’hypnose ? Pourquoi pas. Mais si c’est une demande d’aide provenant du client, dont la souffrance se situe à ce niveau-là, c’est-à-dire d’un blocage au niveau de la fonction expressive, comment y répondre ? Je dirais que même un poète expert, qui a l’expérience d’avoir cherché à formuler ce qu’il ressent avec la précision la plus poussée, n’arrive pas à vraiment à tout dire de manière littérale. C’est pourquoi il se sert du pouvoir des métaphores, c’est-à-dire d’images qui font référence à une chose par ressemblance. Comme le soleil en tant qu’objet peut être utilisé pour évoquer la lumière, ou même la clarté au niveau psychique, c’est-à-dire une sensation bienfaisante, rassurante. Alors que le nuage noir pourrait au contraire symboliser une psyché chargée de problèmes, de doutes, d’insatisfactions.

Alors on prend une image pour dire une chose. Avec une limite cependant, car quand on est dans la métaphore on n’est pas précis. Si on a l’exigence de dire les choses avec précision il faut les situer dans l’espace et le temps. Il faut dire où ça c'est passé, quand ça c'est passé. C’est là où apparaît un autre concept, très aidant pour aider à situer une personne dans l’espace et le temps, qui est celui d’histoire de vie. Pouvoir visualiser sa vie comme une histoire, qui évolue, de chapitre en chapitre, voilà une sorte d’idéal de clarté, que je propose de tenir comme valable. En récitant l’un ou l’autre chapitre de son histoire de vie, une personne peut aussi utiliser des métaphores, pourquoi pas, mais alors celles-ci ne flottent pas dans une espèce de cadre irréel, au contraire elles sont directement liée à des lieux et des époques qui sont enregistrées dans la mémoire sous la forme d’une trajectoire de vie, linéaire, de la naissance au présent, ouvert sur la possibilité d’un futur.

Le questionnement ou auto-questionnement précis, sur la base des mots interrogatifs "qui", "quoi", "où", "quand", et même "comment", permettent de composer des énoncés dans un contexte où l'objectivité est en rapport avec une trajectoire de vie, c'est-à-dire à des événements historiques réellement vécus. J'ai évité la question "pourquoi", car celle-ci entraîne dans le domaine abstrait des conjectures, suppositions d'enchaînements de causes et d'effets qui ne sont pas forcément contrôlées par des faits. Evidemment, si les événements de la vie personnelle sont difficiles à raconter en tant qu'expériences marquantes car les sensations restées dans la mémoire sont encore si fortes qu'elles empêchent l'identification précise des choses à situer, il faut commencer par parler de cette sensation, et par le biais de métaphores.  S'attarder sur une image, de la vérité d'une sensation pour éventuellement décerner, au bout d'un moment, quelques objets plus précis. Cette expression métaphorique, qui est celle du poète par excellence sert surtout à évoquer des sentiments et des sensations qui dépassent l'entendement. Les métaphores nous transportent, c'est d'ailleurs la signification étymologique du mot, qui vient du grec meta (au-delà, d'un lieu à l'autre) et pheros (porter). Mais les métaphores pquvent aussi transporter au-dedans, du moment qu'on les utilise en restant connecté à l'intention de rendre plus consciente la trajectoire de vie personnelle.

Forums: 

Tags: 

L'inconscient comprend les métaphores

La compétence à décoder certains éléments du non verbal et à s'appuyer sur cela pour se rapprocher du ressenti du client, dans les dimensions subtiles, constitue une porte d'entrée très prisée et très utilisée par les praticiens de l'hypnose ericksonienne. A ce niveau des suggestions sont amenées verbalement, par le biais de métaphores, pour stimuler l'inconscient à travailler intuitivement sur de nouvelles pistes d'interprétation, censées devenir significatives et prendre corps.

Forums: 

Tags: 

Et encore...

(1) | A (5) | B (1) | C (14) | D (2) | E (7) | F (3) | G (1) | H (7) | I (1) | J (1) | L (17) | M (3) | N (1) | O (3) | P (5) | Q (4) | R (2) | S (8) | T (4) | U (1)
Title Author Last updatesort descending
Action stratégique du thérapeute Saresca Wed, 14/06/2017 - 19:07
Apport des neurosciences Saresca Wed, 14/06/2017 - 23:06
Autorité intérieure Saresca Wed, 14/06/2017 - 23:33
Acceptation culturelle d'être dissocié Saresca Thu, 15/06/2017 - 00:46
Avoir un projet de santé, tenter autre chose pour se soigner Saresca Sat, 24/06/2017 - 14:39
This block is for debugging.
Subscribe to ressenti