Hypnobulles

Hypnobulles de Saresca

Retour à la liste des billets

Comme en médiation, on favorise l'individualisme relationnel     le 15/12/2019

La promotion d’un individualisme relationnel Le fait de placer l’individu au cœur de la régulation sociale, de le considérer comme porteur de sa propre parole, s’intègre dans le projet individualiste postmoderne. Le glissement d’un imaginaire juridique adossé sur des valeurs collectives à un imaginaire démocratique qui donne à chacun la possibilité d’être producteur de droit en est une des meilleures illustrations. L’éthique de la médiation propose en effet que les conflits ne soient pas réglés par rapport à une norme transcendante (prêt-à-porter juridique) mais par un accord conclu entre leurs protagonistes (sur mesure juridique) (...). Considérer que chacun est en mesure de devenir son propre législateur représente naturellement une subjectivisation de la norme et constitue une entorse au modèle jupitérien (...) d’une loi toute-puissante fondée sur la Raison. Bien sûr, cet individualisme n’est pas sans danger. Il est généralement associé à la dictature du marché, au libéralisme sauvage, aux inégalités. Il est considéré comme un facteur d’égoïsme et d’indifférence. Et il est vrai que l’émergence d’une société d’individus rend aléatoire la production d’un monde commun. La culture du « narcissisme », qui sécrète une incapacité à communiquer, engendre les phénomènes de rejet de l’autre, s’avère destructrice à bien des égards. Mais en même temps, l’individualisme porte de grandes espérances (...). Il est associé à la progression de la défense des droits de l’homme qui place l’individu sujet de droits au cœur du projet social. Sans la philosophie individualiste, les femmes n’auraient pas pu s’émanciper, le droit d’expression des minorités n’existerait pas. Mais cet individualisme créateur n’est pas spontané. Il est l’aboutissement d’une conquête. La médiation en constitue un des outils. En responsabilisant les personnes, en leur permettant de découvrir l’altérité par le dialogue et la communication, elle les inscrit dans un lien social. Elle participe d’une rationalité communicationnelle, contribue à la création d’un espace public reposant sur une éthique de la discussion (...). L’individu n’y est plus défini par les institutions ou les autorités, mais il se définit lui-même au cours d’un processus d’échange et de reconnaissance interpersonnelle. La médiation peut ainsi permettre d’aider les individus à passer d’un individualisme narcissique à un individualisme relationnel qui permet de vivre les uns avec les autres et non les uns à côté des autres. Mais ce passage ne se fait pas aisément du fait de l’émiettement des identités collectives et de l’absence d’une culture de médiation qui verrait les citoyens recourir spontanément à des régulations compréhensives et pacifiques.


Postez un nouveau commentaire

:
:


Commentaires